Mercredi 12 octobre 2016

  Au Théâtre Rive Gauche se joue la pièce « Petits crimes conjugaux ». Ecrite par Eric-Emmanuel Schmitt, cette comédie noire est interprétée par Fanny Cottençon et Sam Karmann. La mise en scène est signée Jean-Luc Moreau.

 

  « Petits crimes conjugaux » est le titre d’un livre, le titre de cette pièce de théâtre, mais surtout le titre d’un drame qui ébranle un couple. Gilles est un écrivain de talent. Sa femme Lisa est désespérément amoureuse de lui. Au travers de « Petits crimes conjugaux » ils racontent leur histoire et apprennent à se redécouvrir.

  Le personnage de Sam Karmann, Gilles, est un auteur à succès. Il a écrit de nombreux romans policiers. Du jour au lendemain, il perd la mémoire à la suite d’une chute. Sa femme Lisa, interprétée par Fanny Cottençon,  le ramène alors chez eux. Cependant, Gilles ne se souvient de rien. Il a tout oublié : son ancienne vie avec sa femme, mais aussi et surtout l’accident qui l’a rendu amnésique. Lisa essaye de lui faire recouvrir la mémoire ou plutôt de le faire devenir l’homme avec qui elle aurait aimé vivre. De son côté, Gilles n’est pas non plus totalement honnête avec sa femme… Peu à peu, ils apprennent les mensonges et les trahisons de l’autre sous le regard stupéfait et fasciné des spectateurs. Gilles et Lisa sont mariés depuis des années, mais leur couple est en crise. Peu à peu, ils se livrent l’un à l’autre. Leur couple est dans la tourmente mais ils tentent de surmonter cette étape de leur vie. Les rebondissements  inattendus s’enchainent et le public suit avec passion l’histoire qui se déroule sous ses yeux.

 

    « Petits crimes conjuguaux » est une sublime pièce très touchante. Le jeu sincère des deux comédiens, Fanny Cottençon et Sam Karmann, permet aux spectateurs d’être ému de la scène de vie qui se déroule sous leurs yeux. Le public sort du Théâtre Rive Gauche troublé et déboussolé. Fanny Cottençon a un jeu subtil et touchant. Elle sait avec talent transmettre les émotions qui traversent son personnage. De son côté Sam Karmann, tout aussi talentueux, a un rôle qui est plus dans la retenue mais les spectateurs ressentent les réflexions qui traversent son esprit. « Petits crimes conjugaux » permet aux deux comédiens de jouer sur les non-dits, les mensonges et la sincérité.

  Non seulement Fanny Cottençon et Sam Karmann savent parfaitement interpréter leurs personnages, mais l’histoire d’Eric-Emmanuel Schmitt est finement écrite. Elle est pleine de suspense et de rebondissements. Il a su composer une pièce captivante, qui tient en haleine le public et le surprend à chaque instant, tout en la rendant percutante au point d’en donner des frissons. Sans oublier les petites touches d’humour qu’il a su insuffler à son histoire pour l’alléger et ne pas le rendre seulement dramatique. La mise en scène de Jean-Luc Moreau est de son côté finement travaillée et l’espace scénique est toujours rempli de façon cohérente et visuellement agréable.

  « Petits crimes conjugaux » est une pièce de théâtre émouvante qui sait transmettre de nombreux sentiments aux spectateurs. Cette comédie noire est tantôt poétique, tantôt dramatique. Très bien rythmée et mise en scène, elle tient en haleine pendant près d’une heure trente le public. Ce dernier est complètement happé et passionné par ce qui se joue sur scène. Avec « Petits crimes conjugaux » les spectateurs partent à la découverte de Lisa et Gilles, deux personnages tourmentés qui dévoilent peu à peu les rancœurs  secrètes qu’ils gardent enfouies au fond d'eux.

 

  « Petits crimes conjugaux » est une comédie noire sublimement touchante et magnifiquement interprétée. Elle est une d’une sincérité dramatique que l’on retrouve rarement dans d’autres pièces de théâtre. « Petits crimes conjugaux » est à ne pas manquer tant elle est impressionnante à tous nivaux. L’histoire est légère et grave à la fois, le texte finement écrit, la mise en scène cohérente et le jeu des comédiens d’une sincérité surprenante et plus qu’agréable pour les spectateurs.

  « Petits crimes conjugaux » est une histoire passionnante et troublante. La pièce de théâtre d’Eric-Emmanuel Schmitt percute le public et lui donne des frissons. Cette comédie noire mise en scène par Jean-Luc Moreau et interprétée par Fanny Cottençon et Sam Karmann, est à ne pas manquer au Théâtre Rive Gauche. Ce n’est pas seulement une pièce que le public observe avec attention, c’est une histoire qu’il ressent au plus profond de son être.

 

  « Petits crimes conjugaux » se joue jusqu’au 16 décembre 2016 au Théâtre Rive Gauche.

 

Victoire Panouillet

Articles connexes :  

("Mariage et Châtiment" de David Pharao est une comédie surprenante qui se joue au Théâtre Hébertot jusqu'au 1er décembre 2016 !) 

(Sarah Draghi joue son touchant spectacle "Je change de fil" au Théâtre le Lucernaire jusqu'au 14 janvier 2017 !)

 

 

Retrouvez-nous sur :

Twitter : @Critiqhumoriste

Facebook : Critique Humoristes

                   Victoire Panouillet 

Mail : panouillet@gmail.com

 

Tag(s) : #Pièce de théâtre

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :