Jérémy Ferrari – « Hallelujah Bordel »

Samedi 11 mai 2013

   Jérémy Ferrari est en train de faire les dernières dates de sa tournée avec son spectacle « Hallelujah Bordel » qu'il joue déjà depuis plusieurs années, enchaînant les salles de plus en plus grandes tel que la Cigale, le Casino de Paris, l'Olympia et le Palais des Sports qu'il fera en avril 2014 (Toutes ces salles mythiques ne prouveraient-elles pas déjà son talent humoristique ?)

  Son spectacle, que j'ai pu voir au Casino de Paris, pointe du doigt l'extrémisme des trois religions les plus présentes en France en apportant sur scène leurs trois textes sacrés dont il nous lit des passages bien précis, que le public trouve généralement incroyable mais qui pourtant sont véridiques, et il nous invite même à venir lire ces passages de la Torah, de la Bible ou du Coran si l'on ne le croit pas.

  Un spectacle sur la religion donc. Pour tout public, que vous vous y connaissiez en religion ou non. Il nous parle de plusieurs passages des trois livres, tel que l'arche de Noë et sa fin que peu de gens connaissent, du nombre de femmes que peut avoir un homme, de l'aubergiste préférant donner sa fille plutôt que l'étranger qu'il héberge, Mahomet et son mariage avec une fille de neuf ans, du fait qu'un homme peut châtier comme il veut sa femme s'il y a adultère... Et le tout, en commentant avec des interprétations de personnages ces passages surprenants !

  Et en plus de pointer certains passages de ces textes sacrés, il nous parle d'articles de presses relatant des faits qui se sont réellement produit tel que le prêtre qui a convoqué ses fidèles pour leur montrer qu'il pouvait marcher sur l'eau mais qui hélas ne savait pas nager et a fini par se noyer !

  En plus de ces dénonciations sur des faits véridiques, il nous fait aussi des sketchs où il aime jouer Dieu comme son dialogue avec Jésus où il lui dit de « Manger bio, faire du sport et boire du lait » ou encore avec son sketch de fin de spectacle. Ainsi que des sketchs, qui peuvent déranger certains, où il parle par exemple des abus des prêtres, en nous interprétant le Père Vers et en nous racontant son éducation religieuse qui fut « longue et dure » !

  Il se permet aussi beaucoup d'autodérision en parlant de ses origines Ardennaises, de sa mère ou encore des mésaventures qui lui sont arrivées comme lorsqu'une fois le prix des places d'une de ses dates avaient été doublés pour les fêtes de Noël ! Et puis en plus de magner avec grâce l'autodérision et de parler de religions il se permet des improvisations avec le public qu'il taquine sans complexe. En résumé, tout le monde en prend pour son grade !

  Il clôture son spectacle « Hallelujah Bordel », par un sketch où il prend un malin plaisir à jouer un Dieu désabusé qui décide de qui va en enfer et qui va au paradis sans trop y réfléchir, ayant pour DRH Hitler et discutant par moment avec Gabriel. Enfin, il nous quitte avec son rôle de divinité en s'énervant pour montrer sa puissance.

  Le comparer à Desproges n'est pas une comparaison nouvelle et l'on peut la lire sur presque tous les articles à son sujet, pourtant elle est tellement significative que je suis moi aussi obligé de l'écrire ici. Par son humour noir qu'il pratique dans ce spectacle, il est l'exemple type de l'humoriste qui peut faire rire de tout sur tout avec n'importe qui, sans réelle méchanceté ni complexe. Il brise les tabous et ne s'impose qu'une seule règle : être toujours vrai et drôle.

  Jérémy Ferrari, est donc un humoriste qui prend toute la scène et captive son public sans lui laisser un moment de répits le surprenant à chaque nouvelle réplique. C'est un artiste qui fait rire non stop pendant deux heures par la finesse d'écriture de son spectacle et son jeu d'acteur hallucinant à voir et à entendre lorsqu'il est sur scène, et qui est accessible à la sortie de son spectacle, sur les réseaux sociaux, par mail ou encore sur le forum de son site prouvant ainsi que derrière le personnage se trouve un artiste qui a les pieds sur terre et veut remercier d'une certaine manière ses fans sans qui il ne serait pas là où il en est aujourd'hui. Et puis une bonne dose d'humour noir ça ne fait pas de mal !

 

 

Victoire Panouillet

 

 

 

Articles connexes :

 

Victoire Panouillet 

 

 

 

 

Retrouvez-nous sur :

Twitter : @Critiqhumoriste

Facebook : Critique Humoristes

                   Victoire Panouillet

Mail : panouillet@gmail.com

 

 

Victoire Panouillet 

 

 

 

 

Retrouvez-nous sur :

Twitter : @Critiqhumoriste

Facebook : Critique Humoristes

                   Victoire Panouillet

Mail : panouillet@gmail.com

 

 

 

 

Retrouvez-nous sur :

Twitter : @Critiqhumoriste

Facebook : Critique Humoristes

                   Victoire Panouillet

Mail : panouillet@gmail.com

Tag(s) : #One Man Show

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :